L’histoire de Mandarine…

29/05/2015

1982 : Le 15 mars, 1er concert de la 1ère formation du groupe au squat des Cascades (Paris 20e).

1985 : 1er single autoproduit par le studio Garage (Paris 20e), Dominique Ledudal (Do) aux manettes.

1987 : « Jodie », même équipe (plus Jay Alanski).

1988 : Jean-Christophe Urbain (JC) rejoint le groupe, et en devient le co-pilote.

1989-1999 : Sous une bonne étoile, le vol est harmonieux.

2000 : Quatre albums et demi plus tard, JC active son siège éjectable. Démantèlement général. Chemins séparés. Je réalise et co-écrit avec Jil Caplan son album « Toute crue »… Le suivant, « Comme elle vient », trois ans plus tard est réalisé et co-écrit par… JC.

2003 : Pas si curieusement, aux Abbey Road Studios (où se fait le master de la compilation de nos singles « Meilleurs Souvenirs ») puis au pub, nous passons de nouveau une soirée tous les 2, début d’une camaraderie nouvelle. C’est d’ailleurs notre unique activité commune pour les années qui suivent, à quelques exceptions près : « Un homme extraordinaire » aux Francofolies en 2004 pour la dernière de J.L Foulquier, l’album de Patxi Garat en 2005, dont JC réalise dix titres et moi deux, un concert commun à Arras (avec nos ex-compères) en 2007, puis un autre en duo à la Java en 2008, où nous jouons entre autres quelques titres de notre 4ème album, celui de la rupture, jamais joué. Retrouvailles qui donnent des idées à certains autour, et à nous deux, renoués, au centre.

2009 : JC vient m’aider à terminer l’enregistrement de « Clair », mon 2ème album solo. Do lui aussi dans le cockpit du Garage. Plaisirs associés.

2010 : Les Innocents réactivés à la TV, le temps d’y chanter en tandem « Un monde parfait ».

2011 : Un manager (Talent Sorcier) pour épauler le projet que nous n’avons pas encore dessiné. Mais désormais bien décidés à. Parachevons nos projets respectifs en cours (tournée, réalisations, Johnny Valentine, Mina Tindle, B.O de films…). Quelques apparitions communes sur les planches, et une septembre song factory : nous deux, guitares et dictaphone, pour voir si.

2012 : Ayant opté pour un retour via un nouvel album inédit, nous voilà ateliés à la tâche début juin. Un titre est terminé pour l’été : « Erretegia », en anglais (!), destiné au film ‘Pop rédemption’ réalisé par Martin Le Gall. Puis cinq autres bien avancés à la fin de l’année, que nous faisons écouter à différents labels en live, deux guitares et deux voix, au Map, le petit studio de JC (Paris 20e, à 50m du Garage).

2013 : Poursuivons composition et écriture. Pour pimenter un peu notre quotidien studieux, retrouvons la scène en parallèle, en Février à Montréal. C’est le ‘come-back intime’ : une vingtaine de dates au long de l’année dans des petites salles, chez des amis, nous permettant de retrouver public et chansons perdus de vue. Après nous être concertés avec notre nouveau label Jive Epic, réservons l’automne pour débuter les enregistrements du futur cinquième album. Do, complice de toujours, en sera premier ministre, accompagné par Vincent Blaviel, directeur artistique comme il y en a peu. Eté en pré-production au Garage. Premières sessions en novembre, au Studio Ferber (Paris 20e). Pas encore de quoi pavoiser.

2014 : De retour au Garage, et dans nos quartiers. Y restons enfermés jusqu’à la rentrée, ne sortant que pour chanter une vingtaine de fois, devant de plus en plus de monde. Un premier brelan de chansons : « Les philharmonies martiennes » (la toute première écrite de notre seconde vie), « Love qui peut », et « Sherpa », finies et mixées au début de l’été. Pause photos et tournage du clip martien avec Richard Dumas. Puis achevons fin septembre « Les souvenirs devant nous », « Floués du banjo », une nouvelle version de « Erretegia » et laissons de côté quelques chansons trop rebelles. Après un court entracte pour en écrire de nouvelles, Do appelé sur d’autres projets, nous reprenons le fil au Studio de la Reine avec Jean-Paul Gonnod à la production. Fin décembre, quatre chansons toutes neuves, et terminées : « Harry Nilsson », « Petite voix »,  « J’ai couru » et « Oublier Waterloo ».

2015 : Janvier est le mois des retouches, Chab au master, Frank Loriou au graphisme. Les dix titres sont libérés des disques durs. Et nous aussi, grisés par la virée, relaxés, prêts à enfin profiter du soleil mandarine…

JP Nataf, Avril 2015.

Précommandez votre album « Mandarine » ICI.